mercredi 14 avril 2010

Premier Cha Xi







Hier soir, j'ai fait mon premier Cha Xi. J'avais du temps, j'étais calme et j'ai toujours eu envie d'essayer.







Depuis le temps que j'admire ceux de Stéphane, la curiosité montait en moi. Quelle sera l'influence sur le thé ? me demandais-je. Cette expérience m'aura ouvert les yeux sur bien des choses.







Je ne suis qu'un amateur : j'ai juxtaposé des pièces que j'avais sous la main, qui me plaisaient, mais n'ayant pas de réelle harmonie entre elles, de signification. Il faut bien débuter...

J'ai donc choisi pour Cha Bu un tissu offert par mon ami Hidehisa de magokorodo, ainsi que pas mal de vaisselle acquise auprès de lui : des pièces signées Yamane Seigan, d'autres de Deishi, etc. Je vous laisse regarder par vous même.













J'ai pris ma plus belle théière, ma Yu Zhu, ai utilisé ma bouilloire à alcool de chez Stéphane et ai disposé une orchidée pour surplomber le tout.







Une fois fini cette préparation, je me suis lancé dans la dégustation de mon dernier bout de Yi Wu 2006 de terre de chine, un thé que j'ai vraiment apprécié, relaxant, gourmand et paisible.







Dès le début de la dégustation, j'ai fait une constatation : le Cha Xi est une chose, mais s'il n'est pas accompagné d'une gestuelle un minimum élégante, et d'un état d'esprit calme et concentré, l'intérêt en est limité à mes yeux.

C'est un tout : l'élégance, le raffinement, la beauté et l'attitude pour l'exécuter et l'apprécier. Tout cela au service du thé. Chaque geste a une fonction et une incidence sur celui-ci.

C'est un exercice très difficile. Cela va me demander beaucoup d'entrainement. Mais cela va aussi me faire progresser vers une meilleure compréhension du thé.







Il ne m'a pas été facile d'être toujours très concentré. La maladresse de mes gestes, la volonté de vouloir changer quelques détails pour que cela soit le plus harmonieux possible m'a empêché d'être tout à fait dedans, calme et attentif. C'est la première fois, il me faut être patient.

De plus, j'ai peut être été trop gourmand pour un début. J'aurais peut-être du faire plus simple.

Qu'importe, c'était un joli galop d'essai qui m'a donné envie de recommencer.







Dernière chose et j'y reviendrai plus longuement par la suite : être vraiment relaxé, attentif à son thé, presque proche d'une attitude méditative afin d'apprécier le thé au maximum que ce soit de manière gustative ou sensible (Qi) demande une concentration qui ne s'acquiert que par l'habitude. Habitude/Discipline que je n'ai pas, encore.








Cette première expérience m'a ouvert les yeux sur bien des domaines où je dois progresser. Non pas que ce soit impératif, mais c'est un chemin que j'ai envie d'emprunter pour ma voie du thé. Et il s'annonce plus pentu que la réussite de l'infusion d'une thé exigeant.


La suite surement bientôt.



6 commentaires:

  1. Le chat n'a pas l'air rassuré !

    RépondreSupprimer
  2. "La suite surement bientôt"

    Tiens nous au courant de ton avancement, sur cette expérience :DD

    Il est toujours plus difficile d'avancer dans une voie, par soi-même. L'exemple de Stéphane (Teamasters), ayant pris des cours est une décision sage pour celui qui est volontair. La résultante visuelle est clairement établie sur les nombreuses pages de son blog.

    J'ai noté quelques passages de ton post qui me semblent intéressants :

    Le thé est choisi pour son coté relaxant et paisible. Tu ajoute gourmant; c’est un thé qui te plait.

    Un visuel nourri par la beauté.

    L’approche d’un état méditatif. Plus facile quand le dos est droit et l’esprit calme. Vouloir arrêter les pensées par la force de l’esprit est un leurre.
    Si des pensées viennent, les accueillir, les observer, le plus souvent elles repartent.

    La gestuelle tu la connaîs déjà. L’interprétation de la gestuelle est peut-être un phénomène nouveau pour toi (je me permet). Dans un état méditatif le geste devient outil; non pas de la volonté, mais de la conscience.

    Etre conscient, centré, présent; facile à dire. Un trésor à vivre.

    Respectueusement

    RépondreSupprimer
  3. Je suis très heureux de te voir expérimenter le Cha Xi et de lire tes premières impressions.
    Pour mieux te concentrer, je te conseille de verser ton thé dans différentes petites coupes. Ce n'est pas forcément évident de ne pas mettre d'eau à côté.
    Ce que j'aime avec le Cha Xi, c'est justement que cela oblige de nous concentrer sur l'instant (et le beau) et cela a un impact positif sur le thé, pour moi.
    Excellente contribution de Nicolas. Merci pour ces mots si bien trouvés.

    RépondreSupprimer
  4. Salut David,
    très jolies photos , belle expérience, j'attend la suite avec impatience!

    RépondreSupprimer
  5. @ Anonyme : je crois qu'elle sort en fait d'une position "je me gratte l'épaule avec ma patte antérieure gauche," chose qu'elle fait uniquement pour me narguer de sa souplesse à mon humble avis... ^^

    @ Nicolas : merci de ces mots très vrais. Redécouvrir, se rapproprier les gestes, éliminer le "superflu," être tout à son thé : une aventure qui remet beaucoup de choses en cause, mais difficile sous tous les angles.

    C'est comme tout, il faut pratiquer.

    @ Stéphane : merci. J'ai vu ta video où tu verses dans 5 tasses. Bien que cela paraisse simple de prime abord, je ne doute pas que cela soit ardu. Mais l'exercice me plait.

    Je ne doute pas non plus que l'influence sur le thé soit significative : tout les éléments se conjuguent pour faire du bon thé et être présent et détendu. Il me faut juste de l'entrainement pour y parvenir.

    @ Etienne : merci également des encouragements. Je vais m'atteler à progresser et aussi à le faire partager. Il faut juste que je reste prudent que l'envie de le montrer, le fait de prendre des photos, de le faire pour les autres et non pour soi ou pour le thé, ne prenne le pas sur le reste et ne ruine mes efforts.

    ++

    RépondreSupprimer
  6. Certain pianiste ont un clavier muet. En fait c'est juste un clavier, pas de son. L'élève, ainsi se focalise sur le Geste.
    Donner l'habitude du geste Vrai, Franc, au corps est le but.

    Ce processus il est là devant nous quand un jeune enfant s'amuse avec de l'eau, à verser.

    Apprendre à manipuler la théière, la verse dans les tasses, juste avec de l'eau, sans le superflu. Dépouillé.

    De cette manière; juste une fois par curiosité; il facile de voir comment ce comporte le corps. Le corps qui est l'outil pour faire le geste.

    Mouai :p Je pense aussi aux autres lecteurs ;)

    RépondreSupprimer