mardi 19 mars 2013

Kaikado






Kaikado est la référence des "Chazatsu" au Japon. Toujours imitée, jamais égalée, comme le dit l'adage bien connu. Ces boîtes qui mettront vos feuilles à l'abri de l'air et de l'humidité sont faites entièrement à la main grâce à un savoir-faire qui remonte à plusieurs générations (depuis 1875 pour être précis). La maison impériale utilise encore des anciens modèles Kaikado.









Bien qu'il existe quelques revendeurs de ces boîtes, notamment ceux qui ont participé à une collaboration avec Kaikado (à ma connaissance Ippodo et Postcard Teas), j'ai eu la chance l'année dernière de me rendre dans leur boutique à Kyoto. Elle ne paye pas de mine de l'extérieur, mais renferme des trésors pour l'amateur de sencha.
















Il existe trois couleurs de boîtes qui, en vieillissant, changeront significativement. Voici ce que ça donne :





Les boites en étain (argentées) noircissent...





Les boites en laiton (dorées) deviennent roses...





Les boites en cuivre s'assombrissent et se patinent...





Le cuivre évoluera en quelque mois seulement, le laiton en un an ou deux, enfin l'étain mettra plusieurs années à noircir. J'ai personnellement choisi une boîte en laiton. Voici ce que ça donne.





4 mois après l'achat...




1 an après...





À noter que plus on l'utilise, plus le changement sera rapide. En effet, c'est l'humidité qu'on a sur les mains qui contribuera grandement à l'oxydation des matériaux du Chazutsu. Plus on la caresse, plus elle changera rapidement. 

Voici une photo de l'intérieur du couvercle que je ne touche pour ainsi dire jamais.





encore doré comme au premier jour...








Ces petites boîtes nécessitent plus de 130 étapes de fabrication. Voici deux vidéo qui donnent une petite idée du processus :










Admirez ici la précision du travail manuel :





les deux finitions, une simple et une qui chasse l'air...




Petite cerise sur le gâteau, la petite "scoop" (cuillère ?) pour servir le thé, ici personnalisée à mon nom (c'est gratuit...) :






l'artiste dans en train de graver mon nom sur ma "scoop"...




Pour finir, voici quelques liens intéressant qui parlent du sujet :

- le site officiel tout d'abord avec une partie en anglais,
- un article en anglais fort bien illustré et documenté (avec une autre vidéo),
- un article d'un blog français qui en parle.


Merci, et à bientôt !


PS : à côté de la boutique Kaikado à Kyoto se trouve un petit sento (bain public) de quartier on ne peut plus traditionnel, moment de détente assuré.

7 commentaires:

  1. C'est marrant, j'étais justement tentée par l'achat d'une de ces boites hier. Est-ce que tu trouves que le thé se conserve mieux dans cette boite qu'une quelconque boite métallique? Ces boîtes sont onéreuses et je voulais savoir si cela valait réellement la chandelle pour la conservation du thé ou le prix est plus était plus justifié au niveau du travail de l’artisan (esthétique, matériaux)?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon expérience risque de ne pas être significative, car comme j'ai une machine à faire le vide, je ne remplis ma boite que de quelques dizaines de grammes, de quoi tenir une petite semaine, et je referme le sachet sous vide. Mon thé est donc toujours assez frais et ne reste pas très longtemps dans la boite. Ça me permet de changer de variété assez souvent.

      Au début, c'est un peu déroutant car on sent les feuilles et on a un retour très métallique. Mais c'est juste l'odeur, le thé n'est pas contaminé. Mais j'imagine que c'est le lot de toutes les boites métalliques (je n'en ai pas eu d'autres).

      Pour moi cet achat est pleinement justifié. Je voulais une boite à thé, une qui puisse me suivre très longtemps. À Uji, il y a une boutique qui conserve ses sencha dans d'immenses boites Kaikado qui doivent avoir plus de 50 ans. Ça donne confiance qu'un professionnel les utilise et qu'elles durent aussi longtemps. Alors peut-être qu'on peut faire la même chose avec un produit moins cher, mais est-ce qu'il restera fonctionnel aussi longtemps ?

      Il est clair que le plaisir est à prendre en considération. C'est chouette de manipuler une telle boite, de savoir qu'à chaque fois qu'on la prend en mains, elle se patine un peu plus. Ça rajoute du plaisir à une étape assez simple. Est-ce qu'on peut mettre un prix là-dessus ?

      Je terminerai par dire que la conservation des sencha est quelque chose d'encore assez complexe à mes yeux. Certains d'entre eux se gâtent assez vite, mais pas tous. J'ai goûté en ce début d'année des "sencha rustiques" (comprendre fait d'une manière traditionnelle, beaucoup moins mécanisée que maintenant) et conservés dans des sachets sans atmosphère protectrice ni sous vide. Malgré leurs 10 mois d'existence, ils étaient sublimes. Je pense que ce genre de paramètres est à prendre en considération.

      Supprimer
    2. Merci David pour tes explications. Je suis surprise d'apprendre que tu ne possèdes pas d'autres boîtes aussi quelconque soit tel. :-)
      J'imagine que comme le couvercle s'enfonce profondément, cela est très efficace pour vider l'air de la boite.
      Néanmoins, l'une des solutions aux problèmes de conservation est d'ouvrir le moins d'échantillons possible en même temps et de les finir rapidement. Les Japonais sont peut-être extrêmes en gardant un sachet ouvert que 1-2 semaines mais mes thés chinois ouvert depuis 2-3 mois, n'ont plus grande saveur qu'ils aient été conservé dans le sachet d'origine ou dans une boite.

      Supprimer
    3. Et non, pas d'autre boîte à thé, juste des sachets fermés par des trombones.

      Pour la précision, il y a deux modèles de couvercles internes comme le montre la dernière vidéo. Le mien est le modèle standard qui ne chasse pas l'air, cela dit il ne laisse rien passer.

      Je pense qu'un thé bien fait se conservera plus qu'un autre plus bas de gamme et ce quelle que soit la méthode de conservation. Cela dit, je suis d'accord avec toi, il faut ouvrir le moins de sachets possibles. Si ça vous frustre et que vous avez les moyens, reste la solution de la machine à faire le vide (avec de petits sachets capturant l'oxygène, c'est encore mieux).

      Supprimer
  2. Encore de quoi alimenter de belles discussions ou comment les objets peuvent embellir avec leur vieillissement et leur utilisation régulière. A condition bien sûr qu'on parle d'objets faits pour durer et non de consommables ou de matériel à l'obsolescence programmée.

    Et que dire de la transmission d'un savoir faire de génération en génération pendant des décennies, ça me laisse rêveur!

    RépondreSupprimer
  3. Très beau, tellement d'objets exceptionnels quelle chance !!

    RépondreSupprimer